Pokémon go, un scandale d’espionnage mondial ?

pokemon-go-pokemonbrothers

Les enfants des années 90 ont vécu une immersion totale dans le monde des Pokémons, cela a envahi toute la planète et depuis, tout le monde connaît Pikachu et ses semblables. Attrapez-les tous ! Ainsi fut le mot d’ordre de l’époque et aujourd’hui, nous revivons un scénario encore plus déluré. Non seulement cette expression est revenue en force, mais en plus, la fièvre des Pokémons a touché petits et grands, partout dans le monde. En effet, depuis l’arrivée et la généralisation des smartphones, le jeu Pokémon a même tardé à apparaître. En tout cas, même si cela a pris du temps depuis son lancement, l’application Pokémon go connaît un succès phénoménal, au point de bloquer la circulation pour aller à la recherche d’une espèce rare.

pkgoespion-pokemonbrothers

Pokémon GO, le principe

Le principe est de capturer les Pokémons via votre smartphone, ceux-ci se trouvent partout, chez vous, dans des restaurants, dans des parcs et autres lieux publics et le but est de tous les attraper. Mais, cette heureuse histoire de retour à l’enfance n’est pas si pure, il paraît que l’application Pokémon GO serait derrière un terrible complot d’espionnage sur le plan mondial. Est-ce vrai ? Comment s’en assurer et d’où provient cette information ? Focus sur les accusations à l’encontre de cette application.

pokemon-go-pokemonbrothers (2)

Pokémon GO et l’espionnage

A cause de l’engouement suscité par le jeu Pokémon GO, un débuté a même proposé de faire voter une loi Pokémon GO, afin de régir le jeu qui entremêle réalité et virtuel. Dans le même sens, le maire de la commune de Brésolles a choisi une solution extrême, celle d’interdire complètement le jeu sur le territoire qu’il gouverne. Ces mesures, parfois radicales, s’expliquent par les informations révélées par le journal The intercept, selon lesquelles l’application en question est un moyen pour récolter les données personnelles des utilisateurs. En effet, c’est en s’intéressant au jeu Niantic, mais surtout à son créateur John Hanke, que les journalistes du The itercept ont découvert que John Hanke a précédemment occupé le poste de président de la branche Géo de Google. Cette information peut paraître banale, mais ce qu’il faut savoir c’est qu’en 2010, pendant que John Hanke était en charge de ladite branche, les Google Cars sillonnaient les rues de l’Allemagne pour soi-disant cartographier les chemins pour l’application « Google Maps ». Or, une enquête a révélé que les Google Cars ne se contentaient pas de cartographier les rues, elles récupéraient même des données Wi-Fi des maisons aux alentours. Cette même enquête a révélé que le seul responsable de ces actes n’est autre que Marius Miller qui est, figurez-vous, le créateur de Pokémon GO. Bizarre comme coïncidence ! En effet, si les deux personnes derrière la création de Pokémon GO sont des anciens suspects et/ou accusés de récolte de données c’est qu’il y a de quoi s’inquiéter.